Être là

Hélène Constantin est formée en physiothérapie et en philosophie, mère au foyer et catéchiste.
Photographe familiale, elle est maman de quatre enfants et mariée à Nicolas.

Il y a quelques mois, je participais au lavement des pieds du jeudi saint, au côté de ma fille de 10 ans. Touchée de la voir se faire laver les pieds avec les larmes aux yeux, je fus surprise, quand est venu mon tour, de moi aussi être très émue par ce geste doux et délicat de la part du Seigneur. J’ai été saisie.

Et puis, il y a quelques semaines, je me suis mise à interrompre ce que j’étais en train de faire dans la maison pour observer en silence mon fils de 2 ans qui faisait un puzzle. Il emboîtait avec beaucoup de concentration les pièces. J’approchais mon visage de lui, sans rien dire, pour l’admirer. Il était mignon à croquer. Puis soudain, il m’a regardée et m’a dit : « Je sais que tu m’aimes maman. Moi aussi je t’aime ». Et là, à nouveau, je fus saisie.

 

Instants d’éternité

Est-ce que cela vous arrive aussi, le temps d’un instant, d’être pris par ce que vous êtes en train de voir, de toucher, de sentir, de goûter, d’entendre ? Vous savez, ces instants suspendus où on a l’impression de percevoir l’éternité à travers nos sens ? On ne voit pas Dieu bien sûr, on ne Le touche pas, mais par nos sens, on Le perçoit. Le temps d’un instant. Ces instants, que j’aime appeler « instants d’éternité », comblent notre âme. C’est comme si on prenait du recul par rapport à la réalité et qu’on la laissait nous élever.

Cette rencontre du monde créé est-elle réservée à quelques chanceux ? Et si au contraire tout était donné à tous ? Là. Maintenant : « Tout sur terre nous interpelle, nous hèle, mais si finement que nous passons mille fois sans rien voir. » Ch. Singer.

 

L’éternité, c’est maintenant

Si tout nous est donné dans le présent, alors cela signifie que l’éternité n’est peut-être pas uniquement ce temps après la mort, mais aussi l’irruption de Dieu dans chaque instant. Peut-être sommes-nous en fait déjà dans l’éternité : « Cette certitude que tout, aussi minime en apparence et à chaque instant, puisse être relié à la face cachée du monde, transforme radicalement la vie…Cette manière d’être au monde m’est familière, elle m’était naturelle quand j’étais enfant. Tous mes sens étaient en alerte car à tout moment cela pouvait surgir et me rejoindre ; dans un tas de feuilles mortes sous un platane, dans l’eau noire de l’encrier, dans les poches du tablier, sous le préau de la cour, au fond d’une boîte remplie de boutons de nacre chez la mercière. À tout moment quelque chose d’insaisissable pouvait sourdre et me revêtir d’un frisson » Ch. Singer.

L’éternité est peut-être instantanée, mais alors pourquoi ne le percevons nous si peu ? Pour ma part, cette saisie est liée à ma capacité de faire les choses lentement. « Le monde a tué la lenteur. Il ne sait plus où il l’a enterrée » écrit Ch. Bobin. Si je reste aspirée par mon quotidien de maman, je ne saisis rien d’autre que le bruit, la fatigue, les agacements, et tout ce qu’il y a encore à faire avant ce soir. Mais si je m’arrête, si je décide de faire les choses lentement, et si je décide d’alléger mon quotidien, alors je me rends disponible. Je me mets dans un état qui me permet de percevoir Dieu par le réel.

 

La grâce est percevante

Alors tout change. Tout le rapport à la réalité change. On ne comprend pas, mais on saisit. On Voit. On Sent. On Goûte. On Touche. Dieu se laisse percevoir. Dieu laisse percevoir Ses émotions à travers les nôtres. Dieu laisse percevoir ce qu’Il ressent à travers mes sens. La grâce est percevante. Dieu est là, non pas devant moi, mais en moi, et surtout par moi. Toute la différence est là. Par moi. Je ne Le vois pas, mais je vois par Lui. Je ne Le sens pas, mais je sens par Lui. Je ne connais pas Ses émotions, mais je Les vis par le réel.

« Dans tous ces instants où je suis « touchée », Dieu est au rendez-vous. Dieu ou comme vous préférez : cette mémoire haute qui m’habite ! L’écho du logion 77 de saint Thomas : « Je suis partout. Quand tu vas pour couper du bois, je suis dans le bois. Quand tu soulèves la pierre, je suis sous la pierre… » Non pas : je suis le bois, je suis la pierre, mais chaque fois que tu es là, vraiment là, absorbé par la rencontre du monde créé, alors je suis là ! Là où tu es, dans la présence aigüe, je suis aussi. Etre là ! Le secret. Il n’y a rien d’autre. Il n’est pas d’autre chemin pour sortir des léthargies nauséabondes, des demi-sommeils, des commentaires sans fin, que de naître enfin à ce qui est. » Ch. Singer

 

Laisse Dieu être Dieu en toi

Cet état de grâce qui permet de percevoir, cette façon d’être au monde, c’est en fait ce que nous ressentons lorsque nous laissons Dieu être Dieu en nous. Il n’y alors plus qu’à être là et à vivre l’éternité chaque jour, avec légèreté et gratitude, comme un art : « Cet art qui est le plus grand des arts : jouir de l’éternel en prenant soin de l’éphémère. » Ch. Bobin

Rejoignez-nous !

Articles divers

Les enfants et le jeu

Les enfants et le jeu

Vouloir soutenir la spiritualité de l’enfant, c’est aussi lui permettre de jouer. Bien sûr, jusqu’à l’âge de rentrer à l’école, les enfants passent leur temps à jouer. Mais ensuite ? et de quel JEU parle-t-on ?

lire plus

Être là

Hélène Constantin est formée en physiothérapie et en philosophie, mère au foyer et catéchiste. Photographe familiale, elle est maman de quatre enfants et mariée à Nicolas.

Il y a quelques mois, je participais au lavement des pieds du jeudi saint, au côté de ma fille de 10 ans. Touchée de la voir se faire laver les pieds avec les larmes aux yeux, je fus surprise, quand est venu mon tour, de moi aussi être très émue par ce geste doux et délicat de la part du Seigneur. J’ai été saisie.

Et puis, il y a quelques semaines, je me suis mise à interrompre ce que j’étais en train de faire dans la maison pour observer en silence mon fils de 2 ans qui faisait un puzzle. Il emboîtait avec beaucoup de concentration les pièces. J’approchais mon visage de lui, sans rien dire, pour l’admirer. Il était mignon à croquer. Puis soudain, il m’a regardée et m’a dit : « Je sais que tu m’aimes maman. Moi aussi je t’aime ». Et là, à nouveau, je fus saisie.

Instants d’éternité

Est-ce que cela vous arrive aussi, le temps d’un instant, d’être pris par ce que vous êtes en train de voir, de toucher, de sentir, de goûter, d’entendre ? Vous savez, ces instants suspendus où on a l’impression de percevoir l’éternité à travers nos sens ? On ne voit pas Dieu bien sûr, on ne Le touche pas, mais par nos sens, on Le perçoit. Le temps d’un instant. Ces instants, que j’aime appeler « instants d’éternité », comblent notre âme. C’est comme si on prenait du recul par rapport à la réalité et qu’on la laissait nous élever.

Cette rencontre du monde créé est-elle réservée à quelques chanceux ? Et si au contraire tout était donné à tous ? Là. Maintenant : « Tout sur terre nous interpelle, nous hèle, mais si finement que nous passons mille fois sans rien voir. » Ch. Singer.

L’éternité, c’est maintenant

Si tout nous est donné dans le présent, alors cela signifie que l’éternité n’est peut-être pas uniquement ce temps après la mort, mais aussi l’irruption de Dieu dans chaque instant. Peut-être sommes-nous en fait déjà dans l’éternité : « Cette certitude que tout, aussi minime en apparence et à chaque instant, puisse être relié à la face cachée du monde, transforme radicalement la vie…Cette manière d’être au monde m’est familière, elle m’était naturelle quand j’étais enfant. Tous mes sens étaient en alerte car à tout moment cela pouvait surgir et me rejoindre ; dans un tas de feuilles mortes sous un platane, dans l’eau noire de l’encrier, dans les poches du tablier, sous le préau de la cour, au fond d’une boîte remplie de boutons de nacre chez la mercière. À tout moment quelque chose d’insaisissable pouvait sourdre et me revêtir d’un frisson » Ch. Singer.

L’éternité est peut-être instantanée, mais alors pourquoi ne le percevons nous si peu ? Pour ma part, cette saisie est liée à ma capacité de faire les choses lentement. « Le monde a tué la lenteur. Il ne sait plus où il l’a enterrée » écrit Ch. Bobin. Si je reste aspirée par mon quotidien de maman, je ne saisis rien d’autre que le bruit, la fatigue, les agacements, et tout ce qu’il y a encore à faire avant ce soir. Mais si je m’arrête, si je décide de faire les choses lentement, et si je décide d’alléger mon quotidien, alors je me rends disponible. Je me mets dans un état qui me permet de percevoir Dieu par le réel.

La grâce est percevante

Alors tout change. Tout le rapport à la réalité change. On ne comprend pas, mais on saisit. On Voit. On Sent. On Goûte. On Touche. Dieu se laisse percevoir. Dieu laisse percevoir Ses émotions à travers les nôtres. Dieu laisse percevoir ce qu’Il ressent à travers mes sens. La grâce est percevante. Dieu est là, non pas devant moi, mais en moi, et surtout par moi. Toute la différence est là. Par moi. Je ne Le vois pas, mais je vois par Lui. Je ne Le sens pas, mais je sens par Lui. Je ne connais pas Ses émotions, mais je Les vis par le réel.

« Dans tous ces instants où je suis « touchée », Dieu est au rendez-vous. Dieu ou comme vous préférez : cette mémoire haute qui m’habite ! L’écho du logion 77 de saint Thomas : « Je suis partout. Quand tu vas pour couper du bois, je suis dans le bois. Quand tu soulèves la pierre, je suis sous la pierre… » Non pas : je suis le bois, je suis la pierre, mais chaque fois que tu es là, vraiment là, absorbé par la rencontre du monde créé, alors je suis là ! Là où tu es, dans la présence aigüe, je suis aussi. Etre là ! Le secret. Il n’y a rien d’autre. Il n’est pas d’autre chemin pour sortir des léthargies nauséabondes, des demi-sommeils, des commentaires sans fin, que de naître enfin à ce qui est. » Ch. Singer

Laisse Dieu être Dieu en toi

Cet état de grâce qui permet de percevoir, cette façon d’être au monde, c’est en fait ce que nous ressentons lorsque nous laissons Dieu être Dieu en nous. Il n’y alors plus qu’à être là et à vivre l’éternité chaque jour, avec légèreté et gratitude, comme un art : « Cet art qui est le plus grand des arts : jouir de l’éternel en prenant soin de l’éphémère. » Ch. Bobin

 

commandez le compagnon de votre prière familiale !

Le livret « Vivre la prière en famille » est un outil qui accompagne les familles au quotidien pour grandir dans la prière.  Commandez dès maintenant à l’unité ou par packs pour votre paroisse, mouvement, amis ou communauté ! En savoir plus…