Consentir au réel et rendre grâce

Hélène Constantin est formée en physiothérapie et en philosophie, mère au foyer et catéchiste.
Elle est maman de quatre enfants et mariée à Nicolas.

Une nouvelle année commence dans un contexte tout de même assez unique : cette pandémie s’éternise, et nos espoirs ont tendance à tourner en leurs contraires. Les restrictions continuent, changent sans cesse, les quarantaines nous guettent de semaines en semaines, et nos enfants frustrés commencent à nous pousser au bout de nos ressources de super mamans mandatées pour remonter en permanence le moral de la troupe. 

face au réel, où trouver la force de  tenir ?

Comment garder le cap de l’espérance quand l’espoir d’une amélioration de la situation sanitaire s’effrite de semaines en semaines ? Et si cette situation allait encore durer plusieurs mois ? Où trouver la force de tenir face à un réel si contraignant et frustrant, qui ne correspond pas vraiment à nos plans et projets ?

Cette pandémie est une loupe qui met en évidence ma façon d’envisager mon quotidien. Je peux appréhender le réel de trois façons différentes. Tout d’abord, je peux attendre qu’il corresponde à mes projets, à ma vision du bonheur, à mon idée de vie idéale. Sans cesse dans l’attente que les autres ne me déçoivent pas, et que mes plans se déroulent comme prévu, je cherche à maîtriser la réalité, à la capter, à la posséder. Surtout éviter d’être déçue. Avec un tempérament volontaire, et une certaine force mentale, cette façon de vivre peut fonctionner pendant des années. Expérience faite. Bon, je vous l’accorde, ce virus est alors très déstabilisant !

La seconde façon de voir ma situation, est d’arrêter de vouloir gérer, ce qui est positif, mais de cesser d’espérer. Arrêter de vouloir maîtriser les gens et les situations, arrêter de trouver des solutions pour que tout le monde soit heureux autour de moi, à chercher à éviter le plus de situations frustrantes pour mes enfants chéris. Fatiguée d’être sans cesse à m’appuyer sur ma volonté, mon orgueil et mon perfectionnisme naturel, je peux être tentée de laisser tomber mes attentes, de déprimer, et de commencer à voir le mal partout. De toute façon, cette pandémie me prouve que je n’y arrive pas, que ça ne sert à rien de tenter de faire encore des projets puisqu’ils tombent à l’eau les uns après les autres. Et les autres ? Ils me déçoivent aussi sans cesse, jusqu’à ne plus rien vouloir attendre d’eux. A quoi bon finalement ? J’attends que Jésus revienne, et en attendant, je me nourris de mon attitude dépressive.

consentir

La troisième attitude se dévoile après être passée par les deux premières : il s’agit de consentir au réel.
Consentir, c’est aussi arrêter de vouloir tout gérer, mais sans désespérer. Au contraire même ! Il s’agit d’entrer enfin dans l’espérance. En accueillant le réel qui m’est donné, sans vouloir le maîtriser, et sans vouloir que les autres rentrent dans mes plans, je rentre dans une attention au réel, qui devient contemplation. Je peux alors percevoir mon quotidien comme un don permanent, et rentrer dans une démarche de gratitude. Puisque Dieu est là, instant après instant, puisque ce réel est le mien et qu’il m’est donné, alors… tout est bien. Ce n’est pas une méthode psychologique pour faire abstraction des obstacles et des combats qui sont les miens, mais bien une nouvelle manière de les accueillir comme des lieux de croissance humaine et spirituelle.

Peut-être que dès demain je serai mise en quarantaine. Peut-être que la maîtresse d’un des enfants va nous demander de faire tester notre enfant, peut-être qu’ils devront porter encore le masque pendant des mois, et peut-être qu’il va falloir encore patienter pour arriver à monter tel projet ou tel voyage en famille. Le réel va certainement encore me décevoir régulièrement. Mais il ne me fera pas désespérer, car mon espérance a déjà surmonté le désespoir, comme le dit si bien le philosophe Martin Steffens :  

Et contempler ce qui se donne

« …l’art de consentir (au réel) distingue deux choses que l’on confond souvent : l’espoir et l’espérance. L’espoir, parce qu’il peut être déçu, risque toujours de se retourner en son contraire. L’espérance, quant à elle, a déjà surmonté le désespoir. Car l’espoir est fondamentalement attente : attente angoissée ou impatiente de ce qui n’est pas encore. L’espérance, quant à elle, est attention à ce qui se donne. L’espoir vise l’avenir : l’espérance se conjugue au présent et contemple ce qui s’y donne. Elle vit de ce qui se révèle, au cœur de l’abîme, comme participant du Bien. De l’homme qui, dans sa vie, est tombé cent fois, l’espérance retiendra que cent fois il s’est relevé. Parce qu’elle est par essence réception à ce qui se donne, l’espérance est sauve de ce qui menace tout espoir : la déception. » 

Martin Steffens, Petit traité de la joie

Articles d’Hélène

Pardonner. Quand même.

Pardonner. Quand même.

Cette année, en préparant des enfants au sacrement du pardon comme catéchiste, je me suis retrouvée face à un cas de conscience : comment expliquer la beauté du pardon aux enfants, l’importance de se remettre en question et de pardonner, alors que moi-même, je me retrouve bloquée dans une situation blessante dans laquelle il m’est si difficile de pardonner ?

lire plus
Tenir le cap

Tenir le cap

Si on m’avait dit en mars dernier qu’on en serait encore là un an après, je me serais assez vite découragée… Comme c’est long. Bientôt un an qu’on est confinés, semi-confinés, dé-confinés, et là, disons-le on commence à être découragés. Alors comment tenir le cap ?

lire plus

Consentir au réel et rendre grâce

Hélène Constantin est formée en physiothérapie et en philosophie, mère au foyer et catéchiste. Photographe familiale, elle est maman de quatre enfants et mariée à Nicolas.

Une nouvelle année commence dans un contexte tout de même assez unique : cette pandémie s’éternise, et nos espoirs ont tendance à tourner en leurs contraires. Les restrictions continuent, changent sans cesse, les quarantaines nous guettent de semaines en semaines, et nos enfants frustrés commencent à nous pousser au bout de nos ressources de super mamans mandatées pour remonter en permanence le moral de la troupe. 

face au réel 

Comment garder le cap de l’espérance quand l’espoir d’une amélioration de la situation sanitaire s’effrite de semaines en semaines ? Et si cette situation allait encore durer plusieurs mois ? Où trouver la force de tenir face à un réel si contraignant et frustrant, qui ne correspond pas vraiment à nos plans et projets ?

Cette pandémie est une loupe qui met en évidence ma façon d’envisager mon quotidien. Je peux appréhender le réel de trois façons différentes. Tout d’abord, je peux attendre qu’il corresponde à mes projets, à ma vision du bonheur, à mon idée de vie idéale. Sans cesse dans l’attente que les autres ne me déçoivent pas, et que mes plans se déroulent comme prévu, je cherche à maîtriser la réalité, à la capter, à la posséder. Surtout éviter d’être déçue. Avec un tempérament volontaire, et une certaine force mentale, cette façon de vivre peut fonctionner pendant des années. Expérience faite. Bon, je vous l’accorde, ce virus est alors très déstabilisant !

La seconde façon de voir ma situation, est d’arrêter de vouloir gérer, ce qui est positif, mais de cesser d’espérer. Arrêter de vouloir maîtriser les gens et les situations, arrêter de trouver des solutions pour que tout le monde soit heureux autour de moi, à chercher à éviter le plus de situations frustrantes pour mes enfants chéris. Fatiguée d’être sans cesse à m’appuyer sur ma volonté, mon orgueil et mon perfectionnisme naturel, je peux être tentée de laisser tomber mes attentes, de déprimer, et de commencer à voir le mal partout. De toute façon, cette pandémie me prouve que je n’y arrive pas, que ça ne sert à rien de tenter de faire encore des projets puisqu’ils tombent à l’eau les uns après les autres. Et les autres ? Ils me déçoivent aussi sans cesse, jusqu’à ne plus rien vouloir attendre d’eux. A quoi bon finalement ? J’attends que Jésus revienne, et en attendant, je me nourris de mon attitude dépressive.

La troisième attitude se dévoile après être passée par les deux premières : il s’agit de consentir au réel.

consentir

Consentir, c’est aussi arrêter de vouloir tout gérer, mais sans désespérer. Au contraire même ! Il s’agit d’entrer enfin dans l’espérance. En accueillant le réel qui m’est donné, sans vouloir le maîtriser, et sans vouloir que les autres rentrent dans mes plans, je rentre dans une attention au réel, qui devient contemplation. Je peux alors percevoir mon quotidien comme un don permanent, et rentrer dans une démarche de gratitude. Puisque Dieu est là, instant après instant, puisque ce réel est le mien et qu’il m’est donné, alors… tout est bien. Ce n’est pas une méthode psychologique pour faire abstraction des obstacles et des combats qui sont les miens, mais bien une nouvelle manière de les accueillir comme des lieux de croissance humaine et spirituelle.

Peut-être que dès demain je serai mise en quarantaine. Peut-être que la maîtresse d’un des enfants va nous demander de faire tester notre enfant, peut-être qu’ils devront porter encore le masque pendant des mois, et peut-être qu’il va falloir encore patienter pour arriver à monter tel projet ou tel voyage en famille. Le réel va certainement encore me décevoir régulièrement. Mais il ne me fera pas désespérer, car mon espérance a déjà surmonté le désespoir, comme le dit si bien le philosophe Martin Steffens :  

Et contempler ce qui se donne

« …l’art de consentir (au réel) distingue deux choses que l’on confond souvent : l’espoir et l’espérance. L’espoir, parce qu’il peut être déçu, risque toujours de se retourner en son contraire. L’espérance, quant à elle, a déjà surmonté le désespoir. Car l’espoir est fondamentalement attente : attente angoissée ou impatiente de ce qui n’est pas encore. L’espérance, quant à elle, est attention à ce qui se donne. L’espoir vise l’avenir : l’espérance se conjugue au présent et contemple ce qui s’y donne. Elle vit de ce qui se révèle, au cœur de l’abîme, comme participant du Bien. De l’homme qui, dans sa vie, est tombé cent fois, l’espérance retiendra que cent fois il s’est relevé. Parce qu’elle est par essence réception à ce qui se donne, l’espérance est sauve de ce qui menace tout espoir : la déception. » 

Martin Steffens, Petit traité de la joie

 

Découvrez
nos autres ressources !