Se reposer dans son regard

Hélène Constantin est formée en physiothérapie et en philosophie, mère au foyer et catéchiste.
Photographe familiale, elle est maman de quatre enfants et mariée à Nicolas.

Vertige des grandes vacances

Mi-juin, je me suis retrouvée face à un mur : les vacances d’été allaient bientôt commencer. Quelle horreur ! Après avoir survécu aux 2 mois de confinement avec mes 4 enfants, il m’était demandé de devoir à nouveau les avoir en permanence avec moi, sur moi, et autour de moi. Un grand vertige m’a envahie : comment tenir ? Que personne ne vienne me souhaiter de passer de « bonnes vacances » !

Si j’ai tenu le coup durant le confinement, je vous avoue qu’une fois celui-ci passé, je me suis retrouvée plongée dans un état de fatigue extrême : une lassitude de mon rôle de maman m’habitait. La moindre demande d’un enfant, du bonbon de plus au temps d’écran à gérer, en passant par la gestion des disputes, des repas, et des ennuis de chacun, tout m’énervait, et je n’avais plus du tout envie de m’occuper d’eux. A la question « maman, je peux avoir encore un bonbon ? », je me suis surprise à répondre « mais oui, je m’en fous, vide le paquet ! ».

 « Maman » … ce mot était devenu mon allergie de confinement. Je l’entendais tellement dans ma journée, toutes ces demandes envahissaient mon cerveau et m’usaient au point, certains jours, de demander aux enfants d’arrêter de m’appeler « maman ». J’appréhendais ce mot dès mon réveil.

Demander de l’aide…

Le constat fin juin était sans appel : il fallait que je demande de l’aide pour tenir l’été, car l’épuisement maternel me guettait de près ! Après avoir pleuré pendant 2 jours, j’ai pris l’agenda en mains, et je me suis mise à organiser notre été, pour trouver des stages, des sorties, et de l’aide. J’ai eu la chance d’en trouver auprès de celle qui m’a réconciliée avec mon allergie passagère : ma maman est venue m’aider. Ah, qu’est-ce que j’aurais fait sans elle ?! Elle a compris ma fatigue, a assuré la gestion quotidienne, et m’a permis de petit à petit me reposer, respirer, et retrouver goût à ma si belle vocation.

Durant ce temps, vous vous doutez bien que je me suis mise à culpabiliser : suis-je une mauvaise mère ? Cette culpabilité qui habite beaucoup trop toute femme et toute mère est un vrai poison. Heureusement, je le savais, alors je m’en suis vite débarrassée, et j’ai plutôt entendu ce que mon mari me dit souvent, mais que j’ai tant de mal à croire : « tu gères ! ». Oui, c’est vrai, il a raison. Je suis une bonne mère, une maman fabuleuse qui est juste fatiguée, et qui est beaucoup trop dure envers elle-même. Si ces quelques mois de confinement et déconfinement n’auront pas été une sinécure, ils m’auront convaincu qu’il est temps de repenser le regard que je pose sur moi, que les enfants portent sur moi, et avant tout… que Dieu pose sur moi.

… et se blottir en Dieu

Le Seigneur n’attend pas de moi que je sois une mère parfaite, mais souhaite simplement que je sois  heureuse… sous Son Regard. Ce Regard, que j’accueille plus ou moins bien en fonction de ma météo intérieure, m’invite à avoir beaucoup plus de douceur envers moi-même. Dieu est doux, c’est quand même fou non ?! 

« Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. » (Matthieu 11, 28-29)

Si Jésus nous dit qu’Il est doux, et s’Il nous invite à se mettre à son école, peut-être est-il temps de Le laisser être Dieu en moi, afin de vivre et sentir cette douceur, et la donner autour de moi. Il ne reste alors plus qu’à se blottir en Lui, et à arrêter d’avoir peur de la lumière qui brille en moi.

L’année scolaire vient de reprendre : je ne vous cache pas ma joie ! J’ai retrouvé un minimum de rythme et un peu de calme au foyer. Cette solitude relative dans mon quotidien me permet aujourd’hui de prendre le temps de regarder ces derniers mois de marathon avec un regard de bienveillance envers moi-même. Demandons au Seigneur la grâce de rester blotties en Lui, de vivre chaque jour de ce Regard si doux, et de nous reposer en Lui, en nous plongeant, par exemple, dans la lecture de l’évangile au quotidien.

Articles d’Hélène

Maman a le Covid !

Maman a le Covid !

Voilà qu’il s’est invité dans notre foyer. Ce virus qui veut faire de la peur l’aliment de notre quotidien […] Il a débarqué sans trop savoir comment chez nous, mais pas de doute : j’ai le covid !

lire plus
Confinée, mais pas désespérée

Confinée, mais pas désespérée

  Confinée, mais pas désespérée Hélène Constantin est formée en physiothérapie et en philosophie, mère au foyer et catéchiste.Photographe familiale, elle est maman de quatre enfants et mariée à Nicolas.Aujourd’hui, je ressens une certaine ambiguïté quand je...

lire plus

Se reposer dans son regard

Hélène Constantin est formée en physiothérapie et en philosophie, mère au foyer et catéchiste. Photographe familiale, elle est maman de quatre enfants et mariée à Nicolas.

Vertige des grandes vacances

Mi-juin, je me suis retrouvée face à un mur : les vacances d’été allaient bientôt commencer. Quelle horreur ! Après avoir survécu aux 2 mois de confinement avec mes 4 enfants, il m’était demandé de devoir à nouveau les avoir en permanence avec moi, sur moi, et autour de moi. Un grand vertige m’a envahie : comment tenir ? Que personne ne vienne me souhaiter de passer de « bonnes vacances » !

Si j’ai tenu le coup durant le confinement, je vous avoue qu’une fois celui-ci passé, je me suis retrouvée plongée dans un état de fatigue extrême : une lassitude de mon rôle de maman m’habitait. La moindre demande d’un enfant, du bonbon de plus au temps d’écran à gérer, en passant par la gestion des disputes, des repas, et des ennuis de chacun, tout m’énervait, et je n’avais plus du tout envie de m’occuper d’eux. A la question « maman, je peux avoir encore un bonbon ? », je me suis surprise à répondre « mais oui, je m’en fous, vide le paquet ! ».

 « Maman » … ce mot était devenu mon allergie de confinement. Je l’entendais tellement dans ma journée, toutes ces demandes envahissaient mon cerveau et m’usaient au point, certains jours, de demander aux enfants d’arrêter de m’appeler « maman ». J’appréhendais ce mot dès mon réveil.

Demander de l’aide…

Le constat fin juin était sans appel : il fallait que je demande de l’aide pour tenir l’été, car l’épuisement maternel me guettait de près ! Après avoir pleuré pendant 2 jours, j’ai pris l’agenda en mains, et je me suis mise à organiser notre été, pour trouver des stages, des sorties, et de l’aide. J’ai eu la chance d’en trouver auprès de celle qui m’a réconciliée avec mon allergie passagère : ma maman est venue m’aider. Ah, qu’est-ce que j’aurais fait sans elle ?! Elle a compris ma fatigue, a assuré la gestion quotidienne, et m’a permis de petit à petit me reposer, respirer, et retrouver goût à ma si belle vocation.

Durant ce temps, vous vous doutez bien que je me suis mise à culpabiliser : suis-je une mauvaise mère ? Cette culpabilité qui habite beaucoup trop toute femme et toute mère est un vrai poison. Heureusement, je le savais, alors je m’en suis vite débarrassée, et j’ai plutôt entendu ce que mon mari me dit souvent, mais que j’ai tant de mal à croire : « tu gères ! ». Oui, c’est vrai, il a raison. Je suis une bonne mère, une maman fabuleuse qui est juste fatiguée, et qui est beaucoup trop dure envers elle-même. Si ces quelques mois de confinement et déconfinement n’auront pas été une sinécure, ils m’auront convaincu qu’il est temps de repenser le regard que je pose sur moi, que les enfants portent sur moi, et avant tout… que Dieu pose sur moi.

… et se blottir en Dieu

Le Seigneur n’attend pas de moi que je sois une mère parfaite, mais souhaite simplement que je sois  heureuse… sous Son Regard. Ce Regard, que j’accueille plus ou moins bien en fonction de ma météo intérieure, m’invite à avoir beaucoup plus de douceur envers moi-même. Dieu est doux, c’est quand même fou non ?! 

« Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. » (Matthieu 11, 28-29)

Si Jésus nous dit qu’Il est doux, et s’Il nous invite à se mettre à son école, peut-être est-il temps de Le laisser être Dieu en moi, afin de vivre et sentir cette douceur, et la donner autour de moi. Il ne reste alors plus qu’à se blottir en Lui, et à arrêter d’avoir peur de la lumière qui brille en moi.

L’année scolaire vient de reprendre : je ne vous cache pas ma joie ! J’ai retrouvé un minimum de rythme et un peu de calme au foyer. Cette solitude relative dans mon quotidien me permet aujourd’hui de prendre le temps de regarder ces derniers mois de marathon avec un regard de bienveillance envers moi-même. Demandons au Seigneur la grâce de rester blotties en Lui, de vivre chaque jour de ce Regard si doux, et de nous reposer en Lui, en nous plongeant, par exemple, dans la lecture de l’évangile au quotidien.

Découvrez nos autres ressources !