Comment vivre de Jésus, notre Tout ?

Hélène Constantin est formée en physiothérapie et en philosophie, mère au foyer et catéchiste.
Photographe familiale, elle est maman de quatre enfants et mariée à Nicolas.

En acceptant, le jour du sacrement de notre mariage, la responsabilité d’être parent, nous nous engageons, au passage, à transmettre cette foi qui nous habite à nos futurs enfants. Ca, c’est la théorie…

Et puis les enfants sont arrivés… 1…2…3…4… et la mission s’est compliquée avec ce rythme quotidien de vie de famille nombreuse qui donne vite le vertige ! J’admire ces mamans extraordinaires qui, tous les jours, s’assoient et prient avec leurs enfants. Moi, je n’y arrive pas. En tout cas, pas tous les jours.

Mais comme je suis bien décidée à être une maman « imparfaite, mais heureuse », pas de place pour la culpabilité ! Je fais ce que je peux, et en attendant de vivre ma vie rêvée, je trouve néanmoins plusieurs petites combines pour mettre Jésus au cœur des journées de mes enfants :

1 – Musique à fond dans la voiture

Puisque les navettes quotidiennes font partie de ma vie de maman, autant les rentabiliser. Alors en allant au cours de musique ou de cirque, on met le CD de Glorious ou de sœur Agathe, et je m’amuse à écouter les enfants chanter haut et fort « Jésus est toute ma vie ! », ou encore « Moi je connais un grand voyage pour aller voir Jésus : il faut descendre de la tête au cœur. Ce n’est pas très compliqué, mais c’est parfois bouché. Pour ne pas se perdre il faut la clé… ». J’adore les entendre chanter, puis poser pleins de questions sur le contenu des paroles.

2 – Les repas, lieux de grâces

Puisqu’en Suisse les enfants rentrent de l’école à midi, autant en profiter : « Qu’est-ce que vous voulez chanter pour bénir le repas ? », puis écouter leurs petites joies et peines de la matinée à l’école, et inviter les enfants à voir les petits clins Dieu.

La semaine dernière, une de mes filles est tombée au premier cours de gym, et se retrouve avec un bras dans un gros plâtre. Le lendemain, elle est rentrée à la maison en pleurs, parce qu’un garçon s’est moqué d’elle dans la cour de récré. Je lui ai donc proposé de dessiner une petite croix sur son plâtre, et lui ai expliqué que quand on est découragé, on peut demander à Jésus de nous aider à surmonter nos épreuves, en n’oubliant jamais qu’Il nous porte, et est avec nous. Quelle ne fut pas mon étonnement, le lendemain, d’entendre ma fille expliquer à sa petite sœur ce que signifiait mon petit dessin sur son plâtre, puis de me dire avec un grand sourire : « Tu sais maman, ça marche ! ».

3 – Lectures spirituelles

On a de la chance : il y a de plus en plus de revues, BD, et livres chrétiens pour enfant ! Les nôtres sont abonnés au Magnificat Junior pour suivre les lectures de la messe du dimanche, et je compte bien les abonner à Pomme d’Api Soleil et Filoteo pour Noël. J’achète également régulièrement des livres qui parlent de Dieu, et on a commencé la collection des BD sur la vie des saints (d’ailleurs il faut que j’en rachète car elles ont tout lu cet été). Les livres et revues sont un budget dans la vie de famille, certes, mais je pense que ca vaut vraiment la peine. Et pourquoi pas se les passer, en organisant une petite tournante avec les familles de la paroisse ?

4 – Les kifs du jour

Cet été, j’ai passé un peu de temps sur le site de Florence Servan-Schreiber, auteur du fameux livre « 3 kifs par jour ». Je ne sais pas du tout si elle est chrétienne, mais je me suis dit que ses fameux « kifs » sont en fait des moments de la journée pour lesquels on peut rendre grâce. J’ai donc proposé, au début de l’été, aux enfants de partager un kif du jour, et de remercier Jésus. Elles trouvent le mot trop rigolo, et j’entends maintenant de temps en temps l’une ou l’autre dire « Moi, mon kif du jour, c’est quand on a joué tous ensemble aux cartes sans se disputer. »

Bien sûr, prendre le temps, le soir, de se poser devant notre coin prière, d’allumer une bougie, de chanter et de prier en famille, c’est merveilleux. Nous le faisons le plus souvent possible, mais nous n’y arrivons pas (encore) tous les soirs… alors que nous sommes mariés depuis 10 ans. Mais le Seigneur est tout de même bien présent dans notre vie de famille nombreuse, et nous saisissons les peines et les joies de chacun pour remercier, louer, demander pardon, penser au Seigneur. Oui Jésus, Tu es toute notre vie.

Rejoignez-nous !

Articles divers

Les enfants et le jeu

Les enfants et le jeu

Vouloir soutenir la spiritualité de l’enfant, c’est aussi lui permettre de jouer. Bien sûr, jusqu’à l’âge de rentrer à l’école, les enfants passent leur temps à jouer. Mais ensuite ? et de quel JEU parle-t-on ?

lire plus

Comment vivre de Jésus, notre Tout ?

Hélène Constantin est formée en physiothérapie et en philosophie, mère au foyer et catéchiste. Photographe familiale, elle est maman de quatre enfants et mariée à Nicolas.

En acceptant, le jour du sacrement de notre mariage, la responsabilité d’être parent, nous nous engageons, au passage, à transmettre cette foi qui nous habite à nos futurs enfants. Ca, c’est la théorie…

Et puis les enfants sont arrivés… 1…2…3…4… et la mission s’est compliquée avec ce rythme quotidien de vie de famille nombreuse qui donne vite le vertige ! J’admire ces mamans extraordinaires qui, tous les jours, s’assoient et prient avec leurs enfants. Moi, je n’y arrive pas. En tout cas, pas tous les jours.

Mais comme je suis bien décidée à être une maman « imparfaite, mais heureuse », pas de place pour la culpabilité ! Je fais ce que je peux, et en attendant de vivre ma vie rêvée, je trouve néanmoins plusieurs petites combines pour mettre Jésus au cœur des journées de mes enfants :

1 – Musique à fond dans la voiture

Puisque les navettes quotidiennes font partie de ma vie de maman, autant les rentabiliser. Alors en allant au cours de musique ou de cirque, on met le CD de Glorious ou de sœur Agathe, et je m’amuse à écouter les enfants chanter haut et fort « Jésus est toute ma vie ! », ou encore « Moi je connais un grand voyage pour aller voir Jésus : il faut descendre de la tête au cœur. Ce n’est pas très compliqué, mais c’est parfois bouché. Pour ne pas se perdre il faut la clé… ». J’adore les entendre chanter, puis poser pleins de questions sur le contenu des paroles.

2 – Les repas, lieux de grâces

Puisqu’en Suisse les enfants rentrent de l’école à midi, autant en profiter : « Qu’est-ce que vous voulez chanter pour bénir le repas ? », puis écouter leurs petites joies et peines de la matinée à l’école, et inviter les enfants à voir les petits clins Dieu.

La semaine dernière, une de mes filles est tombée au premier cours de gym, et se retrouve avec un bras dans un gros plâtre. Le lendemain, elle est rentrée à la maison en pleurs, parce qu’un garçon s’est moqué d’elle dans la cour de récré. Je lui ai donc proposé de dessiner une petite croix sur son plâtre, et lui ai expliqué que quand on est découragé, on peut demander à Jésus de nous aider à surmonter nos épreuves, en n’oubliant jamais qu’Il nous porte, et est avec nous. Quelle ne fut pas mon étonnement, le lendemain, d’entendre ma fille expliquer à sa petite sœur ce que signifiait mon petit dessin sur son plâtre, puis de me dire avec un grand sourire : « Tu sais maman, ça marche ! ».

3 – Lectures spirituelles

On a de la chance : il y a de plus en plus de revues, BD, et livres chrétiens pour enfant ! Les nôtres sont abonnés au Magnificat Junior pour suivre les lectures de la messe du dimanche, et je compte bien les abonner à Pomme d’Api Soleil et Filoteo pour Noël. J’achète également régulièrement des livres qui parlent de Dieu, et on a commencé la collection des BD sur la vie des saints (d’ailleurs il faut que j’en rachète car elles ont tout lu cet été). Les livres et revues sont un budget dans la vie de famille, certes, mais je pense que ca vaut vraiment la peine. Et pourquoi pas se les passer, en organisant une petite tournante avec les familles de la paroisse ?

4 – Les kifs du jour

Cet été, j’ai passé un peu de temps sur le site de Florence Servan-Schreiber, auteur du fameux livre « 3 kifs par jour ». Je ne sais pas du tout si elle est chrétienne, mais je me suis dit que ses fameux « kifs » sont en fait des moments de la journée pour lesquels on peut rendre grâce. J’ai donc proposé, au début de l’été, aux enfants de partager un kif du jour, et de remercier Jésus. Elles trouvent le mot trop rigolo, et j’entends maintenant de temps en temps l’une ou l’autre dire « Moi, mon kif du jour, c’est quand on a joué tous ensemble aux cartes sans se disputer. »

Bien sûr, prendre le temps, le soir, de se poser devant notre coin prière, d’allumer une bougie, de chanter et de prier en famille, c’est merveilleux. Nous le faisons le plus souvent possible, mais nous n’y arrivons pas (encore) tous les soirs… alors que nous sommes mariés depuis 10 ans. Mais le Seigneur est tout de même bien présent dans notre vie de famille nombreuse, et nous saisissons les peines et les joies de chacun pour remercier, louer, demander pardon, penser au Seigneur. Oui Jésus, Tu es toute notre vie.

commandez le compagnon de votre prière familiale !

Le livret « Vivre la prière en famille » est un outil qui accompagne les familles au quotidien pour grandir dans la prière.  Commandez dès maintenant à l’unité ou par packs pour votre paroisse, mouvement, amis ou communauté ! En savoir plus…