COntempler 

Et si on partait en balade avec nos « lunettes d’émerveillement » ou munis de jumelles ou d’une loupe ? Grâce à ces accessoires qui plairont certainement aux plus jeunes, nous vous proposons d’entrer dans la contemplation et de célébrer le Créateur. 

Agir
fabriquer ses « lunettes d’emerveillement »

Créer ses lunettes d’émerveillement peut être un moment familial ludique et motiver les plus petits pour faire ensuite une balade propice à la contemplation. Pour cela on peut les faire…

EN FIL DE CHENILLE 

Vous trouverez toutes les étapes de fabrication avec une petite vidéo sur le site internet : tête à modeler

OU EN CARTON

Toutes les explications sont sur ce site !

prendre le temps de contempler

En balade, arrêtez-vous dans un bel endroit. Respirez calmement, les yeux fermés, et familiarisez-vous avec l’environnement. Mettez tous vos sens en éveil !
Quels bruits entendez-vous ?
Que sentez-vous ?
Percevez-vous la vie autour de vous ?
Prenez vos jumelles, votre loupe ou mettez vos lunettes de contemplation et scrutez un élément de cet environnement qui vous touche particulièrement (un insecte, une trace d’animal, une feuille, un arbre, un sommet, etc.) 

Laissez opérer la magie : Comment cet élément reflète-t-il « un rayon de la sagesse et bonté infinies de Dieu» ?
Que vous dit-il du Créateur ? 

Approfondir

Pape François, audience générale, 16 septembre 2020
Catéchèse “Guérir le monde” (n°7)

Quel est l’antidote, le vaccin contre la maladie de ne pas prendre soin de la maison commune? C’est la contemplation.
« Quand quelqu’un n’apprend pas à s’arrêter pour observer et pour évaluer ce qui est beau, il n’est pas étonnant que tout devienne pour lui objet d’usage et d’abus sans scrupule » (Laudato Si, 215). Toutefois, notre maison commune, la création, n’est pas une simple “ressource”. Les créatures ont une valeur en elles-mêmes et « reflètent, chacune à sa façon, un rayon de la sagesse et bonté infinies de Dieu » (Catéchisme de l’Eglise catholique, 339). Cette valeur et ce rayon de lumière divine doivent être découverts et, pour les découvrir, nous avons besoin de demeurer en silence, d’écouter, et de contempler.

La contemplation guérit

Sans contemplation, il est facile de tomber dans un anthropocentrisme déséquilibré et orgueilleux, le “moi” au centre de tout, qui surdimensionne notre rôle d’êtres humains (…) Nous croyons être au centre, en prétendant occuper la place de Dieu et, ainsi, nous détruisons l’harmonie de la création, l’harmonie du dessein de Dieu. (…) Il est donc important de retrouver cette dimension contemplative, c’est-à-dire de regarder la terre, la création comme un don, pas comme quelque chose à exploiter pour le profit.

Quand nous contemplons, nous découvrons chez les autres et dans la nature quelque chose de beaucoup plus grand que leur utilité. Le cœur du  problème est là : contempler c’est aller au-delà de l’utilité d’une chose. Contempler la beauté ne veut pas dire l’exploiter : contempler est gratuité. Nous découvrons la valeur intrinsèque des choses que Dieu leur a conférée. (…)  Comme l’ont enseigné de nombreux maîtres spirituels, le ciel, la terre et la mer, chaque créature possède cette capacité iconique, cette capacité mystique de nous reconduire au Créateur et à la communion avec la création. Par exemple, saint Ignace de Loyola, à la fin de ses exercices spirituels, invite à se mettre en “contemplation pour parvenir à l’amour”, c’est-à-dire à considérer comment Dieu regarde ses créatures et à se réjouir avec elles ; à découvrir la présence de Dieu dans ses créatures et, avec liberté et grâce, les aimer et en prendre soin.

La contemplation, qui nous conduit à une attitude de soin, n’est pas le fait de regarder la nature de l’extérieur, comme si nous n’y étions pas plongés. Mais nous sommes à l’intérieur de la nature, nous faisons partie de la nature. (…)  Celui qui contemple de cette manière éprouve de l’émerveillement non seulement pour ce qu’il voit, mais également parce qu’il se sent faire partie intégrante de cette beauté; et il se sent également appelé à la préserver, à la protéger. Et il y a une chose que nous ne devons pas oublier : celui qui ne sait pas contempler la nature, la création, ne sait pas contempler les personnes dans leur richesse. (…)

La contemplation, qui nous conduit à une attitude de soin, n’est pas le fait de regarder la nature de l’extérieur, comme si nous n’y étions pas plongés. Mais nous sommes à l’intérieur de la nature, nous faisons partie de la nature. (…)  
Celui qui contemple de cette manière éprouve de l’émerveillement non seulement pour ce qu’il voit, mais également parce qu’il se sent faire partie intégrante de cette beauté; et il se sent également appelé à la préserver, à la protéger. Et il y a une chose que nous ne devons pas oublier : celui qui ne sait pas contempler la nature, la création, ne sait pas contempler les personnes dans leur richesse. (…)

Prier en famille

Pour se mettre en prière
On peut créer un petit « sas » à l’entrée, où chacun peut déposer son souci, ses excitations, etc.

Quand le silence s’installe on allume la bougie et on fait le signe de Croix :

Nous voici réunis en présence du Seigneur
Il nous accueille au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit 

Oui Seigneur, tu es notre Créateur,
Ta Sagesse et Ta Bonté nous sont données par tout l’univers !
Seigneur, nous le savons,
Tu es grand, Tu es beau, Tu es merveilleux et Tu nous as fait à ton image.

Pour Te louer et Te remercier, nous chantons ! 

Vous avez la possibilité de choisir un des deux chants ci-dessous

Prière de louange commune

On dépose autour de l’icône et/ou de la bougie, les lunettes de contemplation, loupes ou autres objets qui nous rappellent la promenade.

A tour de rôle, chacun raconte ce qu’il a préféré durant la promenade et on cherche ensemble un synonyme du verbe « contempler », en décrivant également ce que cela nous a apporté.

On conclut cet échange par l’hymne (chanté ou récité) composé de nos contemplations, sur un air connu ou un rythme inventé. L’idée est créer votre propre chant de remerciement et de louange à Dieu créateur !
On remercie Dieu pour ce que l’on a observé.

Puis on unit notre prière avec les mots du Psaume 8, à écouter sur prierenfamille.ch ou à lire dans le livret « vivre la prière en famille » page 15. 

Conclusion

On peut terminer par un Notre Père et une parole de bénédiction.

Le petit plus ….
Et si, pour continuer dans la joie, on essayait de créer un arc-en-ciel ?  

et transmettre

Vous pourrez ensuite nous envoyer vos hymnes de louanges
(textes – audio ou vidéos comme vous le préférez !)
et nous publierons nos contemplations à partager avec chacun !

Adresse d’envoi : prierenfamille.ch@gmail.com